Skip to content

Instantly share code, notes, and snippets.

@johnwcowan
Last active November 3, 2020 21:19
Embed
What would you like to do?
CYRANO (redescendant vers eux):
Mon récit ?. . .
(Tous rapprochent leurs escabeaux,
se groupent autour de lui, tendent le col. Christian
s'est mis à cheval sur une chaise):
Eh bien ! donc je marchais tout seul, à leur rencontre.
La lune, dans le ciel, luisait comme une montre,
Quand soudain, je ne sais quel soigneux horloger
S'étant mis à passer un coton nuager
Sur le boîtier d'argent de cette montre ronde,
Il se fit une nuit la plus noire du monde,
Et les quais n'étant pas du tout illuminés,
Mordious ! on n'y voyait pas plus loin. . .
CHRISTIAN:
Que son nez.
(Silence. Tous le monde se lève lentement.
On regarde Cyrano avec terreur.
Celui-ci s'est interrompu, stupéfait. Attente.)
CYRANO:
Qu'est-ce que c'est que cet homme-là ?
UN CADET (à mi-voix):
C'est un homme
Arrivé ce matin.
CYRANO (faisant un pas vers Christian):
Ce matin ?
CARBON (à mi-voix):
Il se nomme
Le baron de Neuvil. . .
CYRANO (vivement, s'arrêtant):
Ah ! C'est bien. . .
(Il pâlit, rougit, a encore un mouvement
pour se jeter sur Christian):
Je. . .
(Puis, il se domine, et dit d'une voix sourde):
Très bien. . .
(Il reprend):
Je disais donc. . .
(Avec un éclat de rage dans la voix):
Mordious !. . .
(Il continue d'un ton naturel):
que l'on n'y voyait rien.
(Stupeur. On se rassied en se regardant):
Et je marchais, songeant que pour un gueux fort mince
J'allais mécontenter quelque grand, quelque prince,
Qui m'aurait sûrement. . .
CHRISTIAN:
Dans le nez !. . .
(Tout le monde se lève.
Christian se balance sur sa chaise.)
CYRANO (d'une voix étranglée):
Une dent,—
Qui m'aurait une dent. . .et qu'en somme, imprudent,
J'allais fourrer. . .
CHRISTIAN:
Le nez. . .
CYRANO:
Le doigt. . .entre l'écorce
Et l'arbre, car ce grand pouvait être de force
À me faire donner. . .'
CHRISTIAN:
Sur le nez. . .
CYRANO (essuyant la sueur à son front):
Sur les doigts.
—Mais j'ajoutai: Marche, Gascon, fais ce que dois !
Va, Cyrano ! Et ce disant, je me hasarde,
Quand, dans l'ombre, quelqu'un me porte. . .
CHRISTIAN:
Une nasarde.
CYRANO:
Je la pare, et soudain me trouve. . .
CHRISTIAN:
Nez à nez. . .
CYRANO (bondissant vers lui):
Ventre-Saint-Gris !
(Tous les Gascons se précipitent pour voir,
arrivé sur Christian, il se maîtrise et continue):
avec cent braillards avinés
Qui puaient. . .
CHRISTIAN:
À plein nez. . .
CYRANO (blême et souriant):
L'oignon et la litharge !
Je bondis, front baissé. . .
CHRISTIAN:
Nez au vent !
CYRANO: et je charge !
J'en estomaque deux ! J'en empale un tout vif !
Quelqu'un m'ajuste: Paf ! et je riposte. . .
CHRISTIAN:
Pif !
CYRANO (éclatant):
Tonnerre ! Sortez tous !
(Tous les cadets se précipitent vers les portes.)
Sign up for free to join this conversation on GitHub. Already have an account? Sign in to comment